vendredi 22 février 2008

Ballade architecturale hôtelière

L’architecture vernaculaire a laissé peu de traces, étant essentiellement constituée d’éléments végétaux, donc de matériaux qui n’ont pas traversé les siècles.
Les architectes contemporains s’attachent cependant à puiser leur inspiration dans l’architecture traditionnelle, ils reprennent et détournent les éléments les plus caractéristiques des Architectures du Pacifique.
C’est vrai pour de rares et belles demeures privées, invisibles dans leurs écrins de verdure tropicale, mais surtout et de manière plus évidente dans les plus récentes réalisations hôtelières. La Polynésie, dans l’inconscient collectif, c’est l’image du fare sur l’eau autrement appelé "Bungalow over water", et ce poncif dure et perdure depuis une quarantaine d’années, avec les pionniers de l’ère hôtelière, initiée avec le mythique hôtel Bali Hai de Moorea, qui ont réinventé en 1962 le concept des vacances de rêve tropicales ou plutôt le rêve de vacances tropicales, inspirées par le roman de James Michener, « South Pacific ».



Ces « resort hotels », ou complexes hôteliers fleurissent depuis lors, et sont devenus le fer de lance de l’économie locale, secteur favorisé par les mesures de défiscalisation en faveur du tourisme. Les Lois, Flosse, Pons et Paul ont largement contribué à l’essor du Pays. Le tourisme est aujourd’hui la première source de revenus du Territoire.
Quelques « pierres angulaires » marquent aujourd’hui le paysage architectural de la Polynésie.
Généralement construits sur des sites remarquables, des parcs naturels parfois retravaillés par des architectes paysagistes de talent, une belle balade architecturale consiste à visiter ces établissements hôteliers, d’île en île, le temps d’un après .


A Tahiti, le Sheraton est un hôtel qui a été construit au tournant du siècle sur les bases d’un hôtel cher au cœur des polynésiens, l’hôtel »Tahiti ». Il fait encore rêver aujourd’hui les nostalgiques. Une atmosphère de luxe paisible émane de cet hôtel, non sans rappeler les hôtels de luxe de Honolulu, à Hawaii. Dans un autre style, le Méridien, au bout de la commune de Punaauia, est inscrit dans un superbe jardin exotique, et ses toitures remarquables sont inspirées de l’architecture vernaculaire de Papouasie Nouvelle Guinée. A Moorea, le Beachcomber Inter continental est édifié dans un site sublissime et très étendu, les jardins tropicaux s’étageant au dessus du lagon. Plusieurs motus artificiels ont été édifiés et donnent Mille perceptions différentes de ce lieu, créant à chaque détour d’un bosquet de bougainvillées une nouvelle surprise. Deux tikis hiératiques en gardent jalousement l'entrée à moitié cachés dans les bougainvilliers.


L’architecture intérieure des bungalows vient d’être repensée et allie Tradition et Modernité. Un détail inédit, la sous face des charpentes des fare, toujours montrée jusqu’alors, a été savamment doublée d’une natte en peue, conférant au lieu une ambiance de cocon raffiné, jamais ressentie par ailleurs. La vision du Sofitel Ia Ora, depuis le lacet en surplomb de la route de ceinture, est féérique. Inscrit sur le fond turquoise du lagon, les masses simples et organisées se détachent à la perfection. A Huahine, le Te Tiare Hotel est construit sur l’une des plus belles baies de l’île dans laquelle il se fond à merveille. Il règne une atmosphère de paix et d’infini. A Raiatea, l’hôtel Te Nape, sur la Cote Ouest, a la silhouette d’une demeure coloniale, et il se dégage une ambiance suave et paisible, un calme et un raffinement incomparables.
A Bora la reine des Iles, plusieurs établissements méritent le détour et on pourra pousser la curiosité notamment jusqu’au Top Dive, près de Vaitape, construction d’inspiration balinaise avec ses toitures à forte pente et édifié sur une toute petite parcelle de terrain.


Les bungalows, malgré le peu de place, sont isolés par des barrières végétales astucieuses qui préservent l’intimité de chacun. Il a été inspiré des travaux de Matisse, que l’on retrouvera déclinés jusqu’aux motifs brodés des tifaifais sur les lits, la vaisselle et nombre de détails qui font la qualité du lieu.
Outre la table, réputée, la Salle du restaurant est remarquable par le coté hiératique de la construction, véritable chapelle dédiée aux plaisirs de la Table, et la majesté de la charpente, réalisée en Kiho massif, une essence exotique importée d’Indonésie. Le Bora bora Pearl beach resort Hotel aurait pû naître d’un rêve Baudelairien, où tout n’est que luxe, calme et volupté. Face à la majesté du mont Otemanu, chaque type de bungalow a un cachet inédit et un cachet très particulier. Les « over water », autrement dit les bungalows sur pilotis, de facture traditionnelle, sont implantés sur le plus beau lagon du monde. De multiples détails dans l’architecture intérieure lui donnent une classe inégalée, comme les panneaux sculptés selon des légendes maohi, et mobiles qui séparent l’espace chambre de l’espace salle de bain. Les chevets sont munis d’écoutilles occultables, qui permettent d’avoir des visions subreptices et originales sur le lagon. Les « beach » et les « garden » ont également une touche particulière. Déclinés dans les mêmes gammes de détails, ils sont propres à transformer un week end en instant d’éternité. L’hôtel Kia Ora à Rangiroa, sur la plus belle plage de sable blanc d’Avatoru, est une vision de l’Eden. Il se dégage de ce site une impression de Bout du Monde, de calme et de paix.
Le Kia Ora Sauvage est encore plus loin ! 5 bungalows « kaina » mais luxueux qui vous transforment en Robinson, à l’autre bout du second plus grand lagon du monde. Quelques établissements moins somptueux mais tellement originaux retiendront l’attention comme le fare Nanao, à Tahiti à la presqu’île. Plusieurs fare ont été construits dans les arbres, Ils semblent avoir poussé spontanément, au hasard des bois flottés, des galets, du corail, des feuilles de cocotiers glanés dans la nature environnante,…on monte dans l’un des fare par un escalier naturel ménagé dans la courbe d’un aïto. Les fare continuent à évoluer à se transformer comme les arbres sur lesquels ils ont été édifiés.
Véritable symbole de l’architecture vernaculaire, cette pension est devenue l’emblème de la petite hôtellerie et est connue dans le monde entier ! De la même inspiration, l’hôtel Hana Iti à Huahine, fermé depsui trop longtemps fut soufflé par un cyclone. Cet hôtel avait été commandité par un riche américain, idéaliste et conçu par le même Maître d’œuvre que le précédent. Les fare étaient cachés dans les arbres, les salles de bains ouvertes et comme posées sur des decks. Une richesse des détails, et la qualité des matériaux en faisaient un des hôtels de luxe de Polynésie. Mais poussant son idéal et le concept de « Nature » à l’extrême, il aurait refusé de faire traiter les bois qui ne survécurent que peu de temps à l’assaut des termites, particulièrement vivaces sans une zone tropicale humide comme la Polynésie. On ne peut qu’espérer trouver un autre repreneur aussi passionné que le précédent propriétaire pour remonter un projet d’une telle originalité !
Ainsi, et la liste n’est pas close, l’on peut dans chaque île trouver une pépite, un joyau d’architecture d’inspiration vernaculaire, lové dans un site tujours plus idyllique et enchanteur.

1 commentaire:

Melly a dit…

Et les crabes de terre, ils mangent pas les termines ? ...va falloir leur faire faire une tite formation !

trop Luxe les chaînes grands hôtels et autres resorts !

Caramba!!!! Quintana Roo, Mexico