jeudi 21 février 2008

O Tahiti ou la Nef des fous de Philippe DRAPERI

J'ai repris la lecture de cet ouvrage qui fut longtemps "tabou" à Tahiti, car "dérangeant". Les gens n'étaient semblet'il pas prêts de "se lire" entre les lignes du livre! Une véritable psychanalyse comparée des 4 composantes majeures de la Polynésie, les Maohis, en d'autres termes les "locaux", "natifs" des Iles, les Popa'a (les blancs venus de Métropole), les "Tinito", les Chinois qui sont totalement intégrés depuis plusieurs générations, et les demis qui représentent des métissages des 3 précédentes ethnies. Avec une précision clinique, l'Auteur décrit les rapports entre ces 4 communautés, rapports inconscients, non-dits, et autres aigreurs.
Il décortique les raisons profondes qui nous ont chacun poussés au départ vers la "Nouvelle Cythère"de Bougainville, fantasmes échafaudés pour fuir un quotidien parfois trop fade ou trop frileux sous les platanes de la Capitale, et les questions que l'on s'est tous posées une fois arrivés face à un néant existentiel seulement ponctué par le fracas des déferlantes, sur le Récif. Et de fait, pour ne point se désavouer, nous sommes tous quasiment obligés de perpétuer ce mythe de la Quête du Paradis terrestre longtemps cherché au bord du laogn, et rarement trouvé!
"Ils regardent la mer, Comme tu regardes un puits..."les paroles de Brel prennent une autre teinte quand on y a vécu, le temps est comme arrêté, c'est pourquoi on parle de "l'heure tahitienne"....."Et par manque de brise, Le temps s'immobilise". Draperi ajoute: "La temporalité vécue en Océanie nous pousse en douceur vers un néant d'éternité". Tous nos repères sont à reprendre, notre nouvelle existence exige un formatage complet de notre être le plus profond. La Famille est loin , les amis sont loin, les nouveaux amis, sont aussi loin finalement.
Nous sommes seuls face à nous même, "Le rire est dans le cœur, Le mot dans le regard, Le cœur est voyageur, L'avenir est au hasard" poursuit Brel. On se demande trop souvent pour quelles raisons on est parti si loin? On comprend mieux le "fiu", si familier et que l'on a appris des Polynésiens! On m'a souvent dit "tu viens à Tahiti, soit pour la vie soit pour 2-3 ans. Tu t'intègre, ou tu pars. La fusion opère ou n'opère pas.
C'est vrai que la lecture de "o Tahiti ou la Nef des fous" a quelque chose de réellement flippant, et de fascinant à la fois! il regarde à la loupe nos travers, nos errances et nos égarements.
On vit des choses extrêmes sur ces petits bouts de terre volcanique, les larmes alternent avec les rires, mais en fait c'est la Vie, dans toute sa splendeur, la Vie avec 24 heures de décalage, et qu'elle soit sous le Tropique du Cancer ou traversée par le Méridien de Greenwich c'est le Mystère de la Vie qui se re-produit là bas, en plus contrasté, en plus violent, tout en couleurs!
On est heureux de l'avoir vécue cette vie là, on se connait sans doute mieux après , une fois que l'on a regagné le plancher des vaches!!
"La Nef des Fous" est à l'origine un Tableau du Peintre Flamand Jérôme BOSCH, une Oeuvre satirique peinte vers 1500, (entre la Fin du Moyen Age et le Début de la Renaissance), c'est une critique de la Folie des Hommes, qui ont perdu leurs repères religieux et les valeurs liées aux pêchés.... en 1494, a quelques années près, S.BRANT, un auteur Flamand publie sa "Nef des fous", où il dépeint la Folie et la faiblesse des hommes.

3 commentaires:

Mellyw a dit…

Et moi qui n'ose pas parler de ce bouquin sur mon blog !
merci de l'avoir fait !!

............................................... a dit…

Ia orana Mellyw!
ou peut-on vous lire? quelle est l'adresse de votre blog??
stephane

Melly a dit…

AH OUI , j'oubliais mon blog :

www.fameusefamille.com

à très bientôt alors !

on a des points en commun : la Polynésie !

Caramba!!!! Quintana Roo, Mexico