lundi 31 mars 2008

Les coolies d’Atimaono et la communauté Chinoise d’aujourd’hui.

L’origine de l’installation de la communauté chinoise en Polynésie date de la fin du 19ème siècle, lors du développement de la canne à sucre sur le Fenua. Un certain W. Steward, ancien officier de l’armée anglaise, s’est installé à cette époque dans la commune de Papara. Il avait acquis des terres à l’emplacement de l’actuel golf d’Atimaono. Un challenge que de s’installer dans cette Terra « quasi » Incognita, loin de tout. Son projet, planter du coton, fort prisé et dont les cours ont augmenté de façon vertigineuse depuis la récente Guerre de Sécession aux Etat Unis. Ainsi naît la « Tahitian Cotton & coffee Plantation Company ». Tahiti compte peu d’habitants, la population indigène ne peut offrir que quelques milliers d’hommes . Ceux ci voient d’ailleurs d’un mauvais œil cette nouvelle vie si lointaine de la conception polynésienne de l’existence. L’importation de main d’œuvre étrangère est alors envisagée, et après quelques tentatives infructueuses, obtient la signature d’un décret, le 30 mars 1864, l’autorisant à « introduire à ses frais mille coolies chinois, pour être employés sur les Terres de la Compagnie ». 1865, est la date de la 1ère récolte de coton de Tahiti. Un Trois-mâts prussien a assuré la première « livraison » de coolies, avec 339 hommes à son bord. La traversée, harassante dure 83 jours. Plusieurs autres vagues demain d’œuvre se succèdent, la Compagnie prospèrera une douzaine d’années pour péricliter et faire finalement faillite en 1873. A la suite de l’installation s’un millier de ressortissants chinois, nombre d’entre eux sont restés et leurs descendants actuels forment la communauté chinoise d’aujourd’hui qui représente près de 10% de la totalité de la population des îles. Ils n’obtiennent la nationalité française qu’en 1964. Aujourd’hui, la Communauté chinoise est très représentée dans les secteurs du commerce et des affaires et prospère, totalement intégrée dans le tissu communautaire local. Intégration ne signifie pas pour autant abandon de ses racines, ainsi sont célébrés les grands moments du Bouddhisme, le Nouvel An chinois et leur cortège de festivités. L’Election de Miss Dragon est aussi un haut moment de la Vie Tahitienne ! Il suffit d’assister aussi aux Festivités du Nouvel An chinois au Temple Bouddhique de Mamao, se promener dans la kermesse donnée dans les jardins du Temple, assister aux défilés des associations…. Pour découvrir cette passionnante culture.

1 commentaire:

DragoonTahiti a dit…

Article intéressant qui permet de mieux connaitre l'origine de l'arrivée de la communauté chinoise à Tahiti.

Caramba!!!! Quintana Roo, Mexico